Alla Lazaréva Сorrespondente à Paris du journal Tyzhden

L’Ukraine poursuit avec succès sa campagne de destruction des raffineries en Russie

EN BREF
11 mai 2024, 11:04

Retrouvez l’actualité ukrainienne et internationale du 11 mai

La raffinerie de pétrole de la région russe de Kalouga qui a pris feu la nuit dernière a été attaquée par des drones ukrainiens, rapporte l’agence de presse Ukrinform, citant ses propres sources. « La raffinerie de pétrole de la région de Kalouga a été attaquée par la direction des renseignements ukrainiens à l’aide de plusieurs drones », a déclaré l’interlocuteur de ce média. Ces informations sont confirmées par des sources russes, et en particulier, la chaîne russe sur Telegram SHOT. « Des drones ont attaqué la raffinerie Pervy Zavod (l’Usine première) dans la région de Kalouga, selon des habitants », informe la chaîne locale. « Des explosions ont été entendues, les systèmes de défense aérienne ont été activés. « Selon des témoins oculaires, vers une heure du matin, plusieurs puissantes explosions se sont produites dans le district de Dzerzhinsky, près de la station Pervy Zavod », précise la même source. Les employés de la raffinerie ont été évacués, la police locale rapporte que l’incendie de la raffinerie était localisé et qu’il n’y a pas de victimes.

Lire aussi:    Des drones ukrainiens font couler le patrouilleur russe Sergey Kotov 

Avec cette attaque, l’Ukraine poursuit sa campagne de destruction méthodique des raffineries russes, destinée à freiner les opérations militaires de la Russie et atteindre Moscou au porte-monnaie. La vente de pétrole est en effet la principale source de financement de l’économie russe. Ses attaques sont conduites au moyen de drones à longue portée de fabrication ukrainienne. Au fil des jours, l’Ukraine parvient à atteindre des objectifs qui sont situés à plus de 1000 km de ses frontières, démontrant que la défense anti-aérienne russe est incapable de protéger son territoire.

Un jour plus tôt, des sites d’informations russes ont fait état d’une autre attaque de drone contre Moscou. Le maire de Moscou, Sergei Sobyanin, l’a annoncé personnellement sur son canal Telegram. « Les forces de défense aérienne du ministère de la Défense ont repoussé l’attaque d’un drone volant en direction de Moscou dans le district de Podolsk », a-t-il écrit. Il affirme que, selon les données préliminaires, il n’y a ni dégâts, ni victimes sur le site de l’accident.

Les services d’urgence sont sur les lieux. Les attaques contre les raffineries russes sont devenues une pratique régulière des forces armées ukrainiennes. En particulier, le 9 mai, des drones du SBU (service de renseignement ukrainien) ont frappé deux dépôts de pétrole dans le kraï de Krasnodar. Ces dépôts pétroliers sont des points de transbordement pour l’approvisionnement en carburant des troupes russes en Crimée, car ils sont situés à proximité de la péninsule. Des vidéos des incendies provoqués par les frappes sont diffusées largement sur les médias publics russes.

Lire aussi: Maria Berlinska : « Dans tous les cas, nous travaillerons. La question est de savoir si ce sera pour notre défense, ou dans les camps de concentration russes »   

Le plus spectaculaire a été le bombardement d’une raffinerie au Bashkortostan qui a eu lieu également le 9 mai. Dans la matinée, le drone à longue portée a atteint la République du Bashkortostan, où il a touché la raffinerie Salavat de Gazprom Neftekhim. Le drone a touché l’unité de craquage catalytique. C’est un drone des services de sécurité qui a établi un record historique en parcourant une distance de 1 500 km. « Gazprom Neftekhim Salavat est l’un des plus grands complexes de raffinage de pétrole et de production pétrochimique de Russie. Il est spécialisé dans la production d’essence, de carburant diesel et d’autres produits pétroliers », précise Ukrinform.

Par le passé, les hommes politiques américains ont réagi de manière plutôt négative au bombardement de raffineries russes par des drones ukrainiens. A ce sujet, le président Zelensky a spécifié dans une interview accordée au Washington Post : « La réaction des États-Unis n’a pas été positive, mais Washington ne peut pas empêcher l’Ukraine d’utiliser ses propres armes. Nous avons utilisé nos drones. Personne ne peut nous dire que nous ne pouvons pas le faire ».