Roman Malko Correspondant spécialisé dans la politique ukrainienne

L’aube sur le front sud. Comment les pilotes ukrainiens rencontrent le soleil

Guerre
13 décembre 2023, 09:38

L’équipage de l’avion de reconnaissance aérienne du bataillon Volyn de l’Armée des volontaires ukrainiens part à l’aube pour une séance d’entraînement. Les opérateurs de drones s’entraînent à la cohérence et à la précision de leurs actions afin d’être aussi efficaces que possible sur le champ de bataille. Pour ce faire, ils doivent perfectionner leurs compétences en matière de pilotage et de contrôle des drones. Ils doivent également faire preuve de créativité et être capables d’analyser les informations qu’ils recueillent. Et tout cela dans un environnement très stressant, où non seulement il faut garder un œil sur l’ennemi, mais ne pas oublier que l’ennemi est toujours en train de vous « traquer ».

Photo: Ashot Harutiunian, commandant de la reconnaissance aérienne, et sa jeune équipe

La guerre russo-ukrainienne ressemble de plus en plus à un jeu vidéo où la virtualité se mêle enfin à la réalité. Les officiers contrôlent la bataille assis devant des écrans géants dans des bunkers, les routes sont minées à distance par des drones terrestres, les grands navires sont coulés par de petits scooters bourrés d’explosifs, les combats entre drones concurrents dans le ciel deviennent monnaie courante, et les opérateurs portant des lunettes de réalité virtuelle ne sont plus surprenants dans les tranchées, mais plutôt amusants. Après tout, cela signifie que des munitions FPV [first person view / pilotage en immersion – ndlr] sont disponibles pour brûler un char ennemi gênant ou détruire un abri rempli d’envahisseurs.

Aujourd’hui, tenir la ligne de front signifie avant tout pouvoir contrôler le ciel et être capable de stopper les attaques de drones en provenance de l’ennemi. La disponibilité des munitions est également importante, bien sûr, mais le nombre d’hélicoptères FPV peut être tout aussi considérable que les mortiers ou les lance-grenades, et parfois même plus.

« Les drones permettent avant tout de sauver des vies », explique Ashot Harutyunyan, commandant du 3e bataillon séparé de la Force d’assaut aérienne de Volyn, un ami de « Doc », dont l’unité sème la terreur parmi les Russes dans le sud de l’Ukraine. Telle est la vie des éclaireurs qui n’ont pas à ramper physiquement dans les champs de mines pour traquer les occupants, des soldats qui n’ont pas à sortir la tête de la tranchée une fois de plus.

Les drones sont aussi une économie. Une mine pour un mortier de 120 mm coûte environ 300 euros, et un tir avec cette mine coûte jusqu’à 1 000 euros (y compris la logistique pour amener et entretenir une équipe, etc.). La probabilité que le premier tir soit efficace est quasiment nulle. Il faut un bon tir, de l’habileté et des coordonnées précises. Vers le cinquième tir, l’ennemi détectera le mortier et vous devrez changer de position. Le coût d’un drone est de 3 000 euros. Si vous en possédez un, le deuxième tir a des chances d’être efficace, car vous ne frapperez pas à l’aveuglette, mais là où il faut.

Bien entendu, les drones kamikazes ne peuvent pas remplacer totalement l’artillerie. Par exemple, pour atteindre le Kremlin et le réduire en ruines, les Ukrainiens ont encore besoin de missiles d’une portée appropriée, qu’ils ne possèdent pas encore. En ce sens, les drones constituent davantage une arme psychologique. Pour brûler quelque chose de petit, pour effrayer symboliquement, et surtout pour rappeler aux Russes qui aiment Poutine avec tant de fanatisme et d’aveuglement et qui soutiennent l’invasion de l’Ukraine : cette guerre arrivera tôt ou tard chez eux. Et qu’ils souffriront aussi de cette folie qu’ils ont créée.

Mais les drones kamikazes peuvent encore jouer un rôle important sur la ligne de front. Ils peuvent facilement dégager une ligne de défense entière et mettre hors d’état de nuire tout ce qui est vivant. Ce danger plane déjà sur les positions ukrainiennes. Et la manière de le contrer n’est pas encore claire. Les soldats qui tiennent la ligne de front, cachés dans leurs postes d’observation, affirment que les Russes ont récemment acquis un grand nombre de drones. Ils ont amélioré leurs oiseaux espions en les équipant de caméras thermiques. Ils ont ajouté une capacité de longue portée à leurs drones kamikazes Lancet, qui peuvent désormais voler jusqu’à une centaine de kilomètres. Mais surtout, ils ont produit un nombre incroyable de drones FPV conventionnels équipés de caméras thermiques pour le combat rapproché. Et c’est bien là le plus grand mal. Ils sont bon marché et précis.

Les soldats ukrainiens affirment que la présence importante de drones chez l’ennemi peut paralyser le travail sur la ligne de front. Si un drone de reconnaissance détecte une cible, il ne fait qu’ajuster le tir de l’artillerie – chars ou mortiers. Et ce tir n’est généralement pas très précis, avec une faible probabilité d’atteindre la cible. Un drone kamikaze équipé d’une caméra thermique peut facilement voler vers n’importe quel objet qui produit de la chaleur. Qu’il s’agisse d’une cigarette ou d’une bougie de tranchée, que les soldats utilisent pour se réchauffer en hiver lorsqu’ils ne peuvent pas installer un véritable poêle ou allumer un feu. Et ce n’est pas tout. Il sera désormais extrêmement difficile d’acheminer de la nourriture et des munitions vers les positions, estiment les militaires. Il est facile pour un drone FPV de repérer un véhicule dans l’obscurité, même phares éteints. Il y aura quelque chose de chaud, repérable d’une manière ou d’une autre, surtout sur du sol gelé.

Le paradoxe de la situation est que ce sont les Ukrainiens qui ont été les premiers à utiliser la technologie des drones sur le champ de bataille de manière créative et massive. Les Russes disposaient de drones avant la guerre, mais ils étaient rarement utilisés et à contrecœur en raison de leur caractère primitif. Malheureusement, les Russes apprennent très vite et tirent les bonnes conclusions de leurs erreurs. Alors que les Ukrainiens créaient l’ « Armée des drones », collectaient des fonds et assemblaient des centaines de modèles de drones différents, qui restaient pour la plupart des modèles expérimentaux, les Russes n’ont pas pris cette peine et ont suivi leur voie habituelle. Ils ont choisi quelques modèles déjà en service et les améliorent méthodiquement en les testant dans des conditions de combat.

Résultat : nous manquons encore cruellement de drones, seuls quelques modèles ont été mis en production de masse et la plupart des hélicoptères sont encore assemblés de manière artisanale. Au contraire, l’ennemi dispose d’une armée entière de drones, qui ne sont peut-être pas aussi performants que les nôtres, mais qui tuent quand même. Et, s’ils sont utilisés à grande échelle, ils peuvent vraiment créer de gros problèmes sur le front.

Mais le plus intéressant dans cette situation, c’est qu’elle ne fait que commencer. Aujourd’hui, tout le monde tire des enseignements de la guerre russo-ukrainienne. Des mythes sont brisés, des tendances se dessinent, des tactiques s’affinent et de nouvelles armes sont testées. De plus, l’industrie dont nous parlons commence à peine à se développer et la technologie vient de devenir à la mode.
La guerre est à nouveau en train de changer et de se transformer radicalement. L’architecture de la ligne de contact doit être sérieusement repensée. Une fois de plus, la philosophie de l’utilisation des véhicules blindés change, car ils deviennent quelque peu impuissants face aux oiseaux féroces. Et ceux qui semblent pouvoir contrôler l’ensemble du monde sans pilote, que l’homme tente de remplacer sur le champ de bataille pour sauver sa vie, sont sans doute en train de prendre le devant de la scène. D’ailleurs, les anciens joueurs et musiciens seraient les meilleurs opérateurs de drones, car ils ont une parfaite motricité des doigts.

Oui, bien sûr, les opérateurs de drones deviennent également une cible prioritaire parce qu’ils sont les yeux de cette guerre. Ils doivent désormais combattre non seulement les cibles militaires ennemies, mais aussi les humains. La chasse aux opérateurs fait désormais partie intégrante des combats, au même titre que la chasse aux tireurs d’élite ou aux officiers. Et pourtant, cette profession est susceptible de devenir l’une des principales dans les années, voire les décennies à venir, dans les armées du monde entier. Après tout, personne ne veut mourir. Et les drones, s’ils ne vous sauvent pas de la mort, créent au moins l’illusion qu’elle peut être contrôlée à distance ou retardée dans le temps.