L’UE déterminée à aider financièrement l’Ukraine, le gaz stocké en Ukraine préserve l’Europe du froid et la Mer noire bientôt déminée par les pays riverains

EN BREF
10 janvier 2024, 18:42

Retrouvez l’actualité ukrainienne et internationale du 10 janvier

Malgré l’opposition de la Hongrie, le Conseil européen a voté en faveur de l’ouverture de négociations avec le Parlement européen sur l’octroi de 50 milliards d’euros à l’Ukraine, rapporte Espresso.TV. L’Union européenne a décidé d’entamer des négociations avec le Parlement européen sur l’octroi à l’Ukraine d’une assistance macro financière au niveau des ambassadeurs. L’aide a été approuvée à la majorité qualifiée. La décision finale sur le montant de l’aide et la forme qu’elle prendra sera prise lors d’une réunion spéciale du Conseil européen le 1er février. La Hongrie reste d’avis que Bruxelles devrait diviser ce montant en plusieurs parties et approuver son attribution sur une base annuelle.

Lire aussi:   La reconstruction de l’Ukraine, un chantier pour l’avenir   

L’Europe a accéléré le pompage du gaz depuis les installations de stockage de l’Ukraine en raison d’une demande croissante causée par la vague de froid, indique le Financial Times. « Les installations de stockage du gaz ukrainien permettent à l’UE d’éviter une crise énergétique », conclut le journal. D’importantes réserves ont permis de maintenir les prix du gaz à un niveau bas en Europe. Selon les analystes du FT, l’Ukraine dispose d’une capacité de stockage de gaz supérieure à celle de tout autre État membre de l’UE : « L’Ukraine stocke environ 2,5 milliards de mètres cubes de négociants étrangers à une profondeur de 3 000 mètres ». À la fin de 2023, le nombre de clients étrangers stockant du gaz dans les installations ukrainiennes est passé de 21 à 52 sociétés.

Lire aussi:    Paul Cruz : « L’invasion russe a accéléré la perte d’influence des oligarques en Ukraine »  

Les trois États de l’OTAN riverains de la mer Noire – la Bulgarie, la Roumanie et la Turquie – prévoient de signer un accord sur le déminage conjoint en mer le 11 janvier à Istanbul, rapporte le média turque TRT Haber. Le ministre turc de la défense nationale, Yaşar Güler, a fait cette déclaration lors d’une conférence de presse. M. Güler a rappelé le déminage de la mer Noire dans le contexte de l’invasion massive de l’Ukraine par la Russie, soulignant qu’Ankara « applique de manière approfondie, responsable et impartiale » la Convention de Montreux (qui réglemente la navigation dans les détroits du Bosphore et des Dardanelles qui relient la mer Noire et la mer Méditerranée). « Dans le cadre de l’initiative tripartite lancée sous la direction de notre pays pour lutter contre la menace des mines en mer Noire, nous avons organisé la troisième réunion du groupe de travail sur l’action contre les mines en mer Noire, qui s’est tenue dans les locaux de notre ministère les 22 et 23 novembre », a-t-il souligné.